Printemps de l'Ecriture 2014

Vous l’avez peut-être lu dans le journal ?


Pour la seconde année consécutive, le collège de Mundolsheim s’est inscrit au palmarès du concours académique Le Printemps de l’Ecriture.
Ce sont deux élèves de 5ème : Lucie CAMPOY (5ème4) et Wayane DHOME ( 5ème 2) qui ont gagné un premier prix d’écriture poétique pour leur très originale réalisation en forme d’éventail, intitulée :
« Du premier cri au dernier souffle : Autobiographie d’un courant d’air »
Michella GODIEP et Manon VENDERBURE (5ème2) qui ont également concouru, sont venues les encourager lors de la remise des prix. Bravo à elles aussi !


Le Printemps de l'Ecriture est un concours académique qui propose un nouveau thème chaque année. A partir de ce thème les élèves de la maternelle à la terminale peuvent s'inscrire avec leurs professeurs et proposer leurs productions: poèmes, nouvelles, scènes de théâtres, bandes dessinées, émissions de télévision... Ils sont ensuite jugés par un jury qui choisit les meilleurs.


En 2015 le thème du Printemps de l'Ecriture sera « Pierre(s) »
Si cela vous inspire surtout n'hésitez pas à en parler à votre professeur de français!
A vos plumes et bonne chance!

Printemps 2014 5
Printemps 2014 11
Printemps 2014 9
Printemps 2014 10
Printemps 2014 7
P1110182B-1
Printemps 2014 12
Printemps 2014 2
Printemps 2014 14
Printemps 2014 4
Printemps 2014 13
Printemps 2014
01/12 
start stop bwd fwd

 

Voici le texte du poème inscrit sur l'éventail:

 

Du premier cri au dernier souffle: autobiographie d'un courant d'air.


Je suis né un matin de printemps
Dans le cri d'un petit enfant.
Si puissant et si frêle,
Plus léger qu'une hirondelle.

 

A l’école des courants d’air
Dans ma classe, j’en étais ravi
Aire du Carré ou Ere Tertiaire,
Les homophones étaient mes amis.

 

Mademoiselle Alizée notre professeur
Nous enseignait la voltige sans peur
Avec Zéphyr j’aimais surtout planer
Et dans la cour tourbillonner.

 

Amoureux d'une charmante Brise
Aux airs de belle marquise.
Dans l'ouragan des sentiments
Si léger je m'envolais au vent.

 

Mais une belle hôtesse de l’air
A mis ma tête à l’envers
J’ai brisé le cœur de ma Brise
Pour une seule petite bise.

 

Mon cœur n’est pas une girouette
J’ai retrouvé celle que j’aimais tant
Avec un bouquet de roses des vents,
Je l’ai consolée et calmé la tempête.

 

Savez-vous comment s'appellent nos enfants?
Ils ont des petits noms charmants.
Rob'Air, Herb'Air, Norb'Air et Pi'Air.
Et d'eux je suis vraiment très fier.

 

Bien sûr j’ai dû choisir un métier
Dans l’armée de l’air je me suis engagé.
Avec Eole et Zéphyr, Simoun et Sirocco
Nous avons survolé le monde tout là-haut.

 

Puis je suis devenu testeur de cerfs volants
Entraîneur de sportifs ventilateurs
Créateur de mobiles comme Calder
Et styliste pour éoliennes dans le vent.

 

De travailler je me suis arrêté,
Enfin j'ai pu doucement flâner,
Virevolter dans les nuages,
En oubliant même mon âge.

 

Fatigué, je me suis dégonflé
Plus léger que l'air que j'habitais.
Partout et nulle part pour l'éternité
Dans un dernier souffle je disparais.

 

Vous qui lisez mon autobiographie,
Si vous aimez l’histoire de ma vie,
Agitez l’éventail pour me ressusciter
Et sur tous les détails je reviendrai !